Le bon usage des réseaux sociaux en entreprise, un enjeu majeur

Si les réseaux sociaux donnent l’opportunité aux entreprises d’être visibles auprès de leurs publics, des risques existent et peuvent mettre à mal dans certains cas l’activité. Aussi, être en capacité d’instaurer une charte d’utilisation des réseaux sociaux par les collaborateurs et initier en parallèle un programme d’Employee Advocacy permet de doper l’efficacité de l’usage du social media et de maîtriser les éventuels dysfonctionnements voire les dérapages.

L’entreprise, ses collaborateurs et les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux, un élément clé de la communication des entreprises

Les entreprises capitalisent sur les réseaux sociaux tels que LinkedIn pour développer leur présence sur le web, pour capter de nouveaux leads, renforcer leur position concurrentielle et gagner de nouveaux clients. Elles y investissent des ressources de plus en plus importantes en marketing digital, conscientes à juste titre que leurs relais de croissance s’y trouvent. Mais le modèle économique des réseaux sociaux présente des limites car obtenir une visibilité significative suppose d’investir de coquettes sommes en publicité, en annonces sponsorisées et autres messages jugés comme intrusifs par les cibles. Résultat : les retombées sont de piètre qualité, le message ne bénéficie pas de la portée qu’il mérite sauf si l’entreprise met le paquet au niveau financier.

Dans le même temps, l’entreprise peut compter sur ses collaborateurs pour développer sa visibilité sur les réseaux sociaux. Ils y relaient les offres d’emplois sur leur compte perso, publient de temps à autre les dernières news du secteur et des photos des derniers séminaires (souvent bien arrosés).

Des collaborateurs à l’origine d’un bad buzz

Sur le papier, cela semble tout bénef’ mais dans bien des cas le risque de dérapage mal contrôlé est réel. L’exemple le plus probant est sans conteste celui du Slip Français, cette marque désormais bien connue du caleçon made in France qui a dû essuyer un bad buzz car certains de ses collaborateurs ont eu le mauvais goût de s’adonner au black face lors d’une soirée privée. Sauf qu’après avoir publié les photos sur les réseaux sociaux, ils ont été reconnus comme étant des membres du staff de l’entreprise. 

Autre risque d’une prise de parole mal maîtrisée sur les réseaux sociaux : un salarié pensant bien faire peut tout à fait faire circuler des informations sensibles que l’entreprise ne souhaitait pas divulguer. 

Et c’est sans compter sur le fait que certains collaborateurs n’osent pas du tout s’exprimer sur les réseaux sociaux, ne se sentant pas autorisés à la faire, craignant de se faire taper sur les doigts en cas de boulette. Tandis que pour d’autres, la frontière de plus en plus floue entre vie professionnelle et vie privée les refroidit à prendre toute initiative.  

Mettre en place une charte d’utilisation des réseaux sociaux

Il est important d’utiliser une charte d’utilisation des réseaux sociaux en entreprise

Comment lever de telles barrières et limiter les risques d’une prise de parole maladroite voire négative de la part de la marque ? La bonne approche consiste à mettre en place une charte d’utilisation des réseaux sociaux, entre le guide de déontologie social media et le manuel d’utilisation. Il ne s’agit pas de brider les collaborateurs mais de leur donner les clés d’une communication corporate efficace. Responsabiliser plutôt que limiter, inviter à la réflexion avant d’agir, être en accord avec les valeurs de l’entreprise, faire preuve d’éthique et de retenu en somme. La création d’une charte d’utilisation des réseaux sociaux en entreprise est ce qu’ont décidé de faire de grands groupes tels que Capgemini entre autres. Elle est par ailleurs intégrée au règlement intérieur de l’entreprise et expose ainsi les employés à d’éventuelles sanctions en cas de manquements graves.   

Si la charte permet de cantonner les risques, elle n’est pas strictement limitative car elle se veut également incitative. En effet, elle invite les collaborateurs à participer au branding de la marque sur les réseaux sociaux.

Accompagner dans la pratique en déployant un outil d’Employee Advocacy

Si une charte d’utilisation des réseaux sociaux est indispensable, elle ne saurait être le seul levier et l’unique outil réellement efficace au développement d’une visibilité contrôlée et raisonnée. Implanter une solution d’Employee Advocacy comme nous le faisons pour des marques opérant sur des secteurs d’activité variés permet d’adopter une approche à 360° de la problématique et d’en retirer de substantiels bénéfices.

Limber donne en effet la possibilité de faire de chaque collaborateur des ambassadeurs de la marque, des collaborateurs-ambassadeurs qui ont à leur disposition un outil simple et performant de publication de contenus préalablement avalisés par le management. Des publication(s) de toutes sortes – articles, vidéos, podcasts, livres-blancs, offres d’emplois… – qui s’inscrivent dans une stratégie d’inbound marketing et de content marketing réfléchie et organisée. 

Pour les early adopters, un outil d’Employee advocacy est idéal pour étancher leur soif de publications grâce à du contenu calibré et validé en amont. Et quant à ceux qui se lancent, la solution est idéale pour leur mettre le pied à l’étrier et éviter qu’il(s) soient désarçonnés. 

Avec Limber, tout le monde est gagnant : l’entreprise voit sa visibilité décuplée tout en gardant le contrôle et chaque collaborateur qui apporte sa pierre à l’édifice observe avec satisfaction que son action produit d’importantes retombées. Et cerise sur le gâteau, notre outil d’Employee advocacy permet in fine de déployer une stratégie terriblement efficace d’influence collective.  

The following two tabs change content below.
Passionné par le webmarketing depuis 1998, j'ai successivement été en charge de la Communication et du Marketing Digital de Lyonnaise-des-Eaux, Steria et Bonitasoft avant de cofonder et présider Limber

Laisser une réponse

Votre email ne sera pas publié.

Vous pouvez utiliser les tags HTML suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.